La Fédération du Bâtiment et des TP de la Mayenne est une organisation professionnelle qui a pour but de représenter et défendre les entreprises de bâtiment et de travaux publics
auprès des pouvoirs publics, des décideurs économiques et des autres acteurs de la construction.

Membre de la Fédération Française du Bâtiment

Le Bâtiment, une richesse pour la France

espace adhérent

espace adhérent

Email utilisateur :

Mot de passe

Mémoriser ses identifiants

OK

Vous êtes ici > > >

OK

Edito

Puisque nos élites l’ont décidé ainsi….

Le 28 février 2020

Mes chers amis
Le contraste est saisissant.
En ce début d’année, alors que la plupart de nos entreprises ont une forte activité qui nécessite un regain d’énergie et une implication de tous les instants, il règne à contrario, au niveau des actions publiques en lien avec nos professions (nouveaux projets de lois, négociations sociales, paritarisme, etc..), une forme de silence assourdissant !

Alors que nous étions dans un combat tous azimuts il n’y a encore que quelques semaines, nous voilà au repos, comme dans un calme retrouvé après une forte tempête. Les gilets jaunes sont médiatiquement inexistants ou pour le moins ignorés, les revendications de la rue sur la réforme des retraites s’essoufflent, et nos propres combats, que nous jugions essentiels - voire même existentiels, apparaissent aujourd’hui déjà comme ceux
d’une époque révolue, ceux d’un monde d’avant !
 
La campagne électorale des municipales est là, avec la médiatisation de toutes ses médiocrités, et elle emporte tout sur son passage, avec sa dose d’hypocrisie, de mensonges et de coups bas. Ainsi va le monde très certainement et pourtant, rien n’a changé.
 
Nous avons certes obtenu des avancées sur quelques mesures de soutien à notre activité, mais les lois de finance ont été votées, et la mise en application des mesures assassines que nous avons tant décriées (DFS/Fillon et GNR par exemple) est aujourd’hui effective. Aveuglés par l’activité importante à laquelle nous devons faire face, il y a fort à parier que nombre d’entre nous ne prendront la réelle mesure de ces dispositions que plus tard, lors de l’analyse de leurs propres bilans. Je me sens néanmoins le devoir de leur rappeler quand même que, pour reprendre une image exprimée par l’un de nos membres en réunion de bureau, le coût de la DFS/Fillon dans nos entreprises(1) sera équivalente en valeur à environ ½ CICE. – C’est certes une approximation mais c’est assez simple pour que chacun se fasse une première idée.
 
Alors que le message officiel et médiatique est celui d’un gouvernement qui oeuvre à la baisse des charges de nos entreprises, c’est bien à une hausse très significative à laquelle nous devons faire face depuis janvier ! Nous assistons là encore une fois - et c’est devenu banal - à une des merveilles de notre société où la vérité de l’information médiatique est plus vraie que la vraie réalité ! Il vous faudra donc cette année, travailler plus pour payer plus, avant même d’envisager un quelconque gain complémentaire pour votre entreprise. C’est comme ça, et pas autrement, puisque nos élites l’ont décidé ainsi.
 
 
La bonne nouvelle réside cependant toujours dans notre forte activité. Vous le savez bien, c’est aujourd’hui la seule configuration qui, dans nos métiers aux marges volées(2), nous permette de progresser. Nous aurions aimé participer à l’organisation d’un système équitable où le raisonnable l’aurait emporté sur l’excessif et où nos professions auraient été respectées pour la valeur, les qualités et le professionnalisme de ses acteurs. C’est en ce sens que nous avons bataillé ces derniers mois. Mais cette proposition n’aura pas été retenue, malheureusement, et ce n’est donc que dans l’excessif, c’est-à-dire dans la pression du débordement quotidien d’activité que nous pourrons progresser.
 
Notre fédération, vous le savez, est, elle aussi, en campagne électorale puisque nous élirons notre nouveau Président National le 20 mars prochain à Paris. Puisse ce nouveau président refuser cette fatalité et tout mettre en oeuvre pour rendre à nos entreprises le juste partage d’une rentabilité équitable, fruit d’un travail équilibré.


Hubert de PONTBRIAND
Président

(1) Pour celles (très nombreuses) qui pratiquent l’abattement pour frais professionnels
(2) Par la charge sociale, mais aussi par l’ensemble des intervenants de plus en plus nombreux dans nos activités


Le 28 février 2020